TINOS

Cliquez pour élargir PIGEON HOUSE Cliquez pour élargir HOUSE IN TOWER Cliquez pour élargir FALATADOS Cliquez pour élargir FLOWERS Cliquez pour élargir EXOMVOURGO Cliquez pour élargir PANAGIA MEGALOCHARI Cliquez pour élargir PYRGOU SQUARE

Tinos est la troisième plus grande île des Cyclades, après Andros et Naxos. Elle fait partie des Cyclades du nord et elle est située au sud-est d'Andros et nord-ouest de Mykonos. Elle a une superficie de 197 km2, 52 agglomérations et 9.701 résidents.

À la ville de Tinos il y a le temple majestueux de "Panagia Megalochari" (la Vierge de Tinos). Près de la ville  on peut trouver les villages traditionnels: Mountados, Karya, Berdemiaros, Triantaros, Dyo Choria, Arnados, le Monastère de Kechrovouni et les agglomérations côtières: Skylantaro, Agios Sostis, Agios Ioannis Porto et Lychnaftia.  

L' Exomvourgo, dont le siège est Xynara, inclut les agglomérations traditionnelles suivantes: Xynara, Loutra, Kroko, Sklavochorio, Agapi, Perastra, Komi, Kato Kleisma, Karkado, Aetofolia, Kalloni, Kardiani, Ysternia, Smardakito, Tarampado, Kampos, Chatzirado, Ktikado, Tripotamo, Smperado, Tzado, Kechro, Mesi, Steni, Falatado, Kathlikaro, Myrsini et Potamia, et les agglomérations côtières: Ysternia, Vathy, Kardiani (Giannaki), Agios Romanos et Kolympithra.

Le village de Pyrgos est connu pour l'école de beaux arts et inclut les agglomérations traditionnelles Plateies, Venardado, Pyrgos, Marla et Mamados et l'agglomération côtière de Panormos.  

La montagne la plus haute dans l'île est Tsiknias à l'est et son altitude est 726 m. Les pigeonniers nombreux de l'île avec leur architecture formidable, ainsi que ses 1200  chapelles constituent une de ses caractéristiques spéciales.

Les résidents s'occupent notamment de l'agriculture, de la marine, de la pêche et du tourisme. L'économie est basée sur le tourisme religieux  et le tourisme des vacances qui sont très élevés pendant l'été. Il y a une liaison maritime avec le Pirée et Rafína.

Le nom de Tinos, qui est un nom préhellénique, est associé avec le mot phénicien "Tannoti", mais l'île s'appelait "Ofioussa" que veut dire pleine de serpents, qui sont détruits par son protecteur, dieu Poséidon.  

Les premiers résidents ont été les Pélasges, ensuite les Ioniens, les Athéniens, les Macédoniens, les Ptoléméens et les Romans. Il y avait des agglomérations à l'île pendant l'époque Néolithique et ensuite pendant les Âges Obscurs et l'époque archaïque.    

Des âges obscurs au 5ème siècle et de l'époque de la dynastie des frères Gkyzi à l'occupation de l'île par les Turcs, le centre historique de l'ile était la région d'Exomvourgo. Actuellement "Exomvourgo"  est le nom de la montagne rocheuse (une altitude de 540m.) au centre de la région ouest de Tinos, dont la partie supérieur est inattaquable parce qu'elle est escarpée des tous ses 3 côtes. La citadelle se trouvait là, au sud de laquelle la ville de l'époque des âges obscurs, la ville archaïque ainsi que la ville classique sont développées jusqu'au 5ème siècle  et ensuite le Burgo vénitien.  

En 480 avant Jésus- Christ, avant la Bataille de Salamine, la trière de Panaitius se joint à la flotte hellénique et son équipage transfère des informations en ce qui concerne les plans des Persans. Le nom de Tinos figure au trépied dédicatoire de l'Oracle de Delphes.

Pendant la période byzantine l'île a été successivement attaquée par les Sarrasins. En 1204, après la prise de Constantinople par les croisés, l'île est occupée par les Vénitiens, en premier lieu comme une conquête de la famille Gkyzi (1207 - 1390) et ensuite, jusqu'à 1715 elle est sous l'administration directe de la République de Saint Marc. La présence longue des Vénitiens a joué un rôle important à la formation du caractère social, culturel et politique de Tinos. L'île a été le refuge des Grecs pourchassés en garantissant de la sécurité  et de la stabilité relative.  Elle a influencé la composition sociale avec la création d'une féodalité originale ainsi que la situation culturelle et religieuse (présence de la doctrine catholique).  

En 1715, les Turcs prennent l'île mais leur présence est  presqu'une formalité. En exploitant ce traitement de faveur, Tinos présente un développement spectaculaire. Elle s'autogouverne, elle prospère économiquement et elle se développe le commerce transitaire et les arts. En fait, l'île était la capitale économique des Cyclades et elle a été appelée le "petit Paris". L'art du marbrier se développe et Tinos devient le centre respectif le plus grand de Grèce avec des familles qui cultivent cet art par héritage et font des tournées à la Grèce entière, à l'Asie Mineure et aux Balkans.

La période de l'occupation russe à Tinos a été brève (1770-1774), cependant l'influence de l'architecture des églises (le plan basilical) est évidente. Le 31 mars 1821, Pyrgos est le premier qui a levé l'étendard de la Révolution à Exo Meria. Le 30 janvier l'icône miraculeuse de la "Vierge Megalochari"  a été trouvée après la vision divine de Sainte Pélagie.

Le 15 août 1940 les Italiens ont torpillé le croiseur "ELLI" au port de Tinos le jour même de la fête de l'île. Pendant la période de l'occupation allemande et italienne les résidents souffrent de la famine. La contribution de l'île à la résistance contre les conquérants est très importante. Tinos devient progressivement un centre religieux panhellénique et la "Vierge Megalochari" de Tinos constitue un symbole de foi pour l'Orthodoxie.

Ils valent une visite

  • Le Temple de l'Annonciation, un symbole de l'orthodoxie grecque.
  • L'église de Taxiarches
  • L'église catholique de Saint Nikolaos
  • L'église de Malamatenia
  • L'agglomération de Pyrgos
  • L'École des Arts à Pyrgos, à la communauté de Panormos.
  • L'église de Sainte Aikaterini à Kampos
  • Les massifs de granite à Volax et à Voliaka
  • Le site archéologique de Kionia (le temple de Poséidon)
  • L'agglomération traditionnelle de Mountados
  • Le Temple de l'Ascension de Jésus-Christ à Arnado
  • Le Temple de la Trinité à Falatados
  • Le Temple de la Sainte Croix à Ktikados
  • Panagia Rodarion au village Xynara
  • Le " Centre de la foi et de la Civilisation" (le palais du Despotat) au village Xynara
  • L'agglomération d'Ysternia, le lieu de résidence des sculpteurs sur marbre.
  • L'agglomération Kardiani
  • Les temples paroissiaux de l'Anniversaire de la Vierge et de Saints Anargyroi aux villages Plateia et Marla respectivement.
  • Les Pigeonniers, (plus que 600), dont la majorité date du 18ème et du 19ème siècle. La plupart d'eux sont bâtis à la vallée du village Tarampados.
  • Le Monastère de Kyra- Xeni et Kato Monastiri où on peut trouver des découvertes et des signes de l'époque préhistorique (une tombe voûtée mycénienne et une tombe des Siècles Obscurs). 
  • La région d'Evangelistria et la région de Grammatikos, où on a trouvé une inscription du 4ème siècle qui fait mentionne à un Sanctuaire de la Terre. Il a été prouve qu'une agglomération y existait de la période Romane.
  • L'École Industrielle qui existe de 1898 pour l'apprentissage de la fabrication textile. Elle a été fondée par Nikolaos Zarifis et Eirini Zarifi ainsi que par l'Institution Religieuse d'Evangelistria. Les étudiants de l'école doivent être de Tinos et ils étudient gratuitement. Elle est abritée aux bâtiments privés et elle appartient à l'Association de Femmes "Evangelismos". À côté de la salle des métiers à tisser, il y a une sale des exhibitions où vous pouvez acheter des tissus faits au métier qui sont crées par l'école (tel. 22830 22894).
  • L'École Hiératique qui existe de 1996, au bout supérieur de l'Avenue de Megalochari, en face de l'Institution Religieuse. Les étudiants étudient, demeurent et ils sont nourris à l'école comme des boursiers de l'état. Des centaines de diplômés de l'École desservent beaucoup d'églises à travers de la Grèce (tel.  22830 22198).

Les musées:

  • Le Musée Archéologique de Tinos à Chora de Tinos.
  • La Sacristie au parvis du Temple d'Evangelistria de Tinos.
  • Le Musée des Artistes de Tinos au parvis du Temple d'Evangelistria de Tinos
  • Le Musée d'Antonios Sochos au parvis du Temple d'Evangelistria de Tinos
  • L'Exhibition d' Icônes Ecclésiastiques et de Reliques au parvis du Temple d'Evangelistria de Tinos
  • L'Exhibition de "Theomitor" (la mère du Dieu) au parvis du Temple d'Evangelistria de Tinos
  • La Pinacothèque (donation d'Ath. Papadopoulos)  au parvis du Temple d'Evangelistria de Tinos
  • Le Mausolée d'Elli  au parvis du Temple d'Evangelistria de Tinos
  • Le Musée des Reliques Ecclésiastiques de l'Archevêché Catholique au village Xynara.
  •  Le Musée du Monastère des religieuses de Kechrovouni avec des icônes vieilles (18ème et 19ème siècle), ainsi qu'une salle des exhibitions des objets faits à la main par les religieuses.
  • Le Musée Ecclésiastique au village Arnados.
  • Le Musée des Outils Agriculturals au Monastère de Saint Francisque au village Messi.  
  • Le Musée Agricultural au Monastère des Jésuites au village Loutra.
  • Le Musée des Artistes d'Ysternia au village Ysternia.
  • Le Musée de Giannoulis Chalepas au village Pyrgos.
  • Le Musée des Artistes de Panormos au village Pyrgos.
  • Le Musée de Marbrerie au village Pyrgos
  • Le Musée d'Art Populaire au Monastère de Trinité à Gyrla.
  • Le Musée Folklorique de Loutra au Monastère des Ursulines au village Loutra.
  • Le Musée Folklorique au village Steni.
  • Le Musée Folklorique au village Volax.
  • Le Musée Folklorique au village Falatados.
  • Le Musée Folklorique au village Karya.

Il s'agit d'une île qui préserve son style traditionnel avec ses fêtes et ses coutumes: tous les résidents ouvrent leurs maisons et offrent des desserts et des boissons aux visiteurs.

Les fêtes principales:

  •  La fête à Vourniotissa, le 24 septembre.
  • La fête de Sainte Varvara, à Smovolos, le 4 décembre.
  • La fête à Tripotamos (le jour de Noël).
  • La fête à Ktikados (le lundi de Pâques)
  • La fête de Lakkotiani à Ysternia (le dimanche de Thomas, c'est à dire le dimanche suivant Pâques).
  • La fête de Panagia de Vrysi (le 1 mai)
  • La fête de Sainte Paraskevi à Karampoussa (le 26 juillet)
  • La fête de Kyra Xeni, le 23 août.

Les fêtes très importantes de Tinos:

  • La fête de la découverte de la Sainte Icône de Panagia (la Vierge): il s'agit du jour le plus important pour l'île. La fête commence le jour précédent avec les vêpres qui ont lieu au Temple de la Découverte où l'icône miraculeuse est transférée. Le matin du jour prochain, il y a la messe au temps centrale, et ensuite une couronne est déposée au monument d'Épiscope Gabriel. L'après-midi, à 2.30h, l'heure exacte de la découverte, la procession de l'icône a lieu dans la ville en faisant la même marche que les résidents ont fait le 30 janvier 1823. Après le retour de l'icône dans le temple, il y a une prière commémorative ainsi que la déposition d'une couronne aux tombes des possesseurs et, ensuite, il y a le compte-rendu des activités de la Commission du Saint Institution d'Evangelistria de Tinos pour l'année passée. Le soir, il y a la parade des élèves et des autres résidents avec des torches allumées (qui est connue par le nom "fanarakia"), afin de représenter la découverte de l'icône, quand les fidèles ont appris la nouvelle réjouissante et se sont venus à la ville en tenant des lanternes et ont traversé les rues centrales de la ville pour arriver, enfin, à la place de Pantanassa. La fête finit avec la réception rituelle de la Municipalité de Tinos  à un hôtel de la ville.
  • Les manifestations de deux jours (le 1et le 2 février): il s'agit des manifestations religieuses de deux jours afin d'honorer Panagia Megalochari (Ypapanti) et Saint Symeon, au village Ktikados où le temple paroissial de la communauté orthodoxe fête.
  •  La fête d'Evangelismos (le 25 mars): c'est la fête du Temple d'Evangelistria (Megalochari) de Tinos.il y a des processions et des autres cérémonies religieuses ainsi que patriotiques à cause de l'anniversaire national. À Chora, après la procession de l'icône (à 12 h environ), il y a  une présentation des danses traditionnelles  et ensuite du raki et des gâteaux locaux y sont offerts. Enfin, les assistants peuvent danser et s'amuser.
  • Le premier mai: la fête des travailleurs a lieu à Sklavochorio avec le rôtissage des agneaux. Il y a des tables mises et beaucoup de la nourriture pour les assistants qui peuvent danser et jouir de la musique. La fête est organisée par l'association du village et tous les résidents y participent en apportant des gâteaux, du raki et des amuse-gueules.
  • La fête de Panagia Vrysiotissa (le 1er dimanche de mai): la messe est célébrée en plein air au Monastère catholique de Panagia Vrysiotissa. La procession de l'icône de l'église du village Tarampados, pendant laquelle les fidèles chantent des hymnes pour honorer la Vierge, et le saint rosaire est aussi déclamé,  a eu lieu d'abord. Après la messe, il y a la bénédiction des voitures  à gauche et à droit de la rue.
  • La fête du Temple de Myrsini (le 2ème dimanche de mai):il s'agit de la fête du temple paroissial du village de Myrsini. Après la messe, les résidents offrent des amuse-gueules et des gâteaux nombreux en confirmant leur hospitalité
  • La fête de Sainte Pelagia (le 23 juillet): on peut dire qu'il s'agit de la fête la plus impressionnante après celle de la découverte de la sainte icône. Ce jour-là, l'icône est apportée au Monastère de Kechrovouni et les visiteurs et les fidèles sont accueillis par les religieuses. Le soir, avec la participation de beaucoup de fidèles, il y a  la marche pour le retour de l'icône, pour une distance de 8 kilomètres environ. Il s'agit d'un spectacle unique.
  •  La Dormition de la Vierge (le 15 août): la fête de la dormition commence le jour précédent avec les vêpres majestueuses. Le matin prochain, après les matines et la messe, il y la procession de l'icône miraculeuse et les officiels, les autorités et les gouvernants de l'île, beaucoup de fidèles ainsi qu'un détachement  de la marine de guerre y assistent. La procession est accompagnée par les orchestres de la marine et de l'Institution. Il y a aussi une déposition  du coureau au Mausolée du Croiseur Elli  par le chef de la flotte l'après-midi du 14ème août. Le matin prochain il y a le lancer du coureau à la mer pour honorer Elli par un représentant du gouvernement.  
  • La fête de l'exaltation de la Sainte Croix (le 14 septembre):C'est la fête du catholique temple paroissial du village Ktikados et la chapelle au port vieux de Tinos.

Les coutumes: 

  • La coutume de "Kavos" qui est célébrée le jour du Noël au village Tripotamos et qui a des éléments préchrétiens, médiévaux et de la Sainte Montagne (Mont Athos) 
  • Le jeudi gras, au village Triantaros, il y a la renaissance de la coutume de la danse du carnaval et "l'Abécédaire de l'Amour". Les danseurs forment un cercle et ils chantent des paroles moqueuses en succession et en suivant l'ordre de l'alphabet  selon la première lettre de chaque parole. Jadis, cette coutume avait lieu aux maisons des amis, mais de nos jours elle a lieu au café traditionnel du village où des amuse-gueules et des gâteaux sont aussi offerts.  
  • Le Carnaval au village Falatados (le dernier dimanche de la période du Carnaval) avec un thème différent chaque an. Des amuse-gueules sont offerts et tous les assistants dansent de la musique des instruments musicaux traditionnels (la musette, le violon, la guitare). Au village Agapi,  il y a la fête de "Makaronas"(ce qui aime les pâtes). Il s'agit d'une effigie humaine (de paille) qui est portée tout autour les chemins du village et elle est pleurée par les résidents qui, enfin, la brûlent à la place du village.  Ensuite, les résidents du village ainsi que les visiteurs se réunissent à la salle de la paroisse pour manger les spaghettis traditionnels.